東洋オリーブ Toyo Olive – Japon

  • Producteur : famille Minami
  • Marque : Toyo Olive
  • Année : 1955
  • Lieu : Teshima et Shōdoshima, Kagawa, Japon
  • Oliveraie : 25 Ha, 12 000 arbres
  • Variétés : Mission, Lucca, Manzanillo, Nevadillo Blanco, Sainte-Catherine, Retuccino, Frantoio, Arbequina, etc.
  • Récolte : d’octobre à décembre, à la main
  • Moulin : en propre, seul gros moulin Pieralisi 1-3 tonnes du Japon
  • Production : 10 000 L par an
  • Autres produits : olives saumurées, huiles raffinées, cosmétiques et nombreux autres produits dérivés + import
  • Spécificités : plus gros producteur du Japon avec 25% de la production totale

Toyo Olive, le seul producteur industriel d’huile d’olive au Japon

Avec 25% de la production d’huile d’olive du Japon, l’entreprise Toyo Olive a toujours été pionnière en la matière. Et elle ne compte pas s’arrêter là ! En fin stratège, elle profite du tourisme de l’olive à Shōdoshima, diversifie son offre en proposant de nombreux produits dérivés de l’olivier, et se lance dans l’import d’huiles étrangères revendues sous sa marque au Japon. Visite de l’usine de Shōdoshima avec Takahiro Sasaki, sympathique responsable des relations publiques.

L’usine et les oliviers vus du ciel. – © Takahiro Sasaki

In Olio Veritas – Merci de nous ouvrir les portes de l’usine. À quand remonte la création de Toyo Olive ?

Takahiro Sasaki – C’est une affaire de famille liée à la Grèce. Dans les années 1950, le grand-père de notre gérante actuelle, Shunji Minami, était à la tête d’une entreprise de transport maritime – Toyo Shipping Cie – assez introduite dans la jetset grecque pour les affaires. C’est lors d’une réception chez l’armateur Aristote Onassis, en dégustant une bonne huile d’olive grecque, qu’il a eu l’idée de fonder une filiale de son groupe dédiée à l’huile d’olive : Toyo Olive. Dès le début en 1955, nous avons pu voir les choses en grand grâce à de solides investissements : plusieurs hectares d’oliviers à Teshima, une usine à Shōdoshima avec le premier moulin à olive du Japon dès 1963 et une bonne connexion avec les institutions locales. Nous sommes aujourd’hui 35 employés chez Toyo Olive.

L’usine de Toyo dans la brume de printemps. – © In Olio Veritas

IOV – Toyo Olive est clairement à l’avant-garde technologique pour la production japonaise d’huile d’olive. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos machines ?

Takahiro Sasaki – Après avoir commencé avec un moulin en pierre, l’entreprise a rapidement acquis un Alpha-Laval de 300 kg/heure, qui était alors le plus gros moulin du Japon. Il a longtemps rendu service, mais nous avons surenchéri l’année dernière en nous équipant d’un moulin Pieralisi ultra-moderne. Ce n’est certainement pas très impressionnant pour vous en Europe, mais au Japon c’est une première ! J’ai personnellement accompagné notre présidente Yasuko Minami au siège de Pieralisi en Italie, au printemps dernier, pour le choisir. Toutes ces machines nous permettent d’améliorer constamment les rendements mais aussi la qualité de nos huiles d’olive premium.

Le tout nouveau moulin Pieralisi, rutilant ! – © In Olio Veritas

IOV – Avec ça vous allez pouvoir produire encore plus ! Jusqu’où souhaitez-vous aller ?

Takahiro Sasaki – En réalité, la production d’olive est limitée à Shōdoshima et dans le reste du Japon. En raison du relief montagneux et volcanique, les terres arables sont rares dans le pays – 13% du territoire dont 54% dédiées à la riziculture – et le climat rend l’activité très fluctuante. En 2018 par exemple, à cause de la forte saison des pluie de juin et des trois typhons de septembre, nous n’avons pu récolter que 80 tonnes d’olives, soit 20 tonnes de moins qu’en 2017. De plus, les rendements des olives en huile sont faibles à cause de l’humidité, de 10% en moyenne à moins de 6% pour la variété Mission si prisée ici. Objectivement, je pense que notre capacité de production d’huile d’olive au Japon est plafonnée à 10 tonnes par an.

De l’usine à l’oliveraie, Takahiro-san nous fait faire le tour avec sa petite voiture Toyo. – © In Olio Veritas

IOV – Toyo est un groupe industriel dynamique. Quelles sont alors vos perspectives de croissance ?

Takahiro Sasaki – Tout d’abord, au fil des années, nous avons diversifié notre offre de produits. A partir des variétés Mission et Manzanillo, nous fabriquons des olives de table à la japonaise, c’est à dire saumurées pendant deux semaines mais pas marinées. Les Japonais sont très friands de ce genre d’olives.

Les olives salées, dîtes Shinze Oribu en Japonais. – © Toyo Olive

De plus, pour répondre à une forte demande des touristes japonais en visite sur l’île de Shōdo, nous avons développé une gamme de cosmétiques à base d’huile d’olive sous la marque Toléa. Nous produisons les crèmes à l’huile d’olive extra vierge Toyo dans cette usine. Le reste est sous-traité à Osaka pour des raisons de coût et d’espace.

Les étagères sont pleines de produits alimentaires et cosmétiques à base d’olive, que choisir ? – © In olio Veritas

En complément de ces deux gammes de produits phares, nous avons d’autres produits dérivés à base d’olive. De la tapenade comme en Europe, mais aussi de la confiture d’olive et des confiseries. Vous voulez goûter ?

IOV – Avec plaisir, nous sommes curieux d’en savoir plus sur tous ces dérivés de l’olive sucrés !

Takahiro Sasaki – Pour les olives au sucre, nous importons des olives dénoyautées d’Espagne, dans leur saumure. Ces olives au sucre sont vendues en bonbon, mais aussi transformées en confiture, enrobées de chocolat comme une truffe, ou cuisinées en provolone. Les Japonais considèrent l’olive comme un aliment aussi bien sucré que salé.

Les fameuses olives au sucre… étonnantes ! – © In Olio Veritas

IOV – Vous importez donc des olives en complément de celles que vous cultivez. Qu’en est-il de l’huile d’olive ?

Takahiro Sasaki – C’est notre deuxième axe majeur de développement : l’import d’huiles étrangères. Nous croyons que les huiles d’olive raffinées ont un bon potentiel de marché au Japon, comme huile de cuisson. En effet, pour cuisiner, les Japonais recherchent des huiles à l’odeur, la couleur et le goût neutres, pour ne pas altérer l’harmonie gustative des autres ingrédients. Nous raffinons donc des huiles d’olive extra vierge d’Espagne ou d’Australie pour leur enlever leur couleur, leur odeur et leur saveur.

Transparente, sans goût et sans odeur, voilà une huile bien raffinée ! – © In Olio Veritas

IOV – C’est très étonnant pour nous méditerranéens ! Est-ce clair pour le consommateur qu’il ne va pas retrouver les saveurs et les bienfaits de l’huile extra vierge dans ces huiles raffinées ?

Takahiro Sasaki – Oui, c’est clairement indiqué sur l’étiquette. Les consommateurs choisissent ce produit par eux-mêmes. Le prix est inférieur à celui des huiles premium produites localement, 40 euros le litre contre 200 euros pour l’huile extra vierge de Shōdoshima, et nous espérons que cette huile raffinée va entrer dans les habitudes de cuisine des japonais.

Les différents huiles sont exposées au mur de la boutique. – © In Olio Veritas

IOV – Vous importez des huiles d’olive extra vierges pour les raffiner. Mais aussi pour les revendre sous votre propre marque, n’est-ce pas ?

Takahiro Sasaki – Tout à fait. Le raffinage n’est qu’une partie de l’import. Nous mettons aussi en bouteille des huiles extra vierges d’autres pays, que nous vendons comme des huiles Toyo Olive mais avec une mention claire du pays d’origine. Nous souhaitons capitaliser sur notre bonne réputation de marque issue de la qualité de notre propre huile extra vierge de Shōdoshima, pour vendre d’autres produits que nous sélectionnons. Les consommateurs nous font confiance et sont heureux de trouver différents produits à différents prix.

L’huile premium de Shōdoshima sera épuisée en juin, mais l’huile espagnole mise en bouteille Toyo sera toujours disponible. – © In Olio Veritas

IOV – Avez-vous d’autres activités complémentaires chez Toyo Olive ?

Takahiro Sasaki – C’est anecdotique mais ça vaut le coup d’être signalé : dans une démarche zéro déchet, nous transformons les grignons (les résidus après extraction de l’huile) en nourriture pour les vaches grâce à deux petites machines de séchage dédiées. Nous vendons les 2 tonnes de poudre produite chaque années par sacs de 20kg aux éleveurs des fameux « bœufs olive », très recherchés dans la région ! Les autres résidus organiques, notamment les branches issues de la taille, sont réduites en compost que nous utilisons pour fertiliser les oliveraies.

Le régime du bœuf olive : 100 g de poudre de grignons séchées par jour ! – © In Olio Veritas

IOV – Merci Takahiro Sasaki !

Après un tour d’une des oliveraies à flanc de colline, nous essayons tous les produits de la boutique et Takahiro Sasaki nous offre une belle bouteille de leur huile premium de Shōdoshima. Il y en a en effet pour tous les goûts chez Toyo !

En plus des RP, notre guide Takahiro Sasaki est en charge de la taille du bonsaï d’olivier tous les matins devant la boutique. – © In Olio Veritas

 

Pour en savoir plus sur Toyo Olive :

Retrouvez tous nos articles sur l’huile d’olive au Japon, ici.

And in English here! 🇬🇧

 

 

 

2 réflexions sur “東洋オリーブ Toyo Olive – Japon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.