Claudia et Thomas Rossetto – Lac de Garde, Italie

  • Propriétaire : Claudia et Thomas Rossetto
  • Marque : Latteria Turnaria di Tignale
  • Depuis : 2011
  • Lieu : Oldesio, lac de Garde, Italie
  • Oliveraie : 1,5 hectare, 550 oliviers
  • Variété : Casaliva en majorité, et quelques Gargna, Leccino et Frantoio
  • Récolte : octobre, avec des peignes électriques et des filets
  • Moulin : moulin coopératif Latteria Turnaria di Tignale
  • Production : 450 L, rendement 17-20%. Mais rien en 2019.
  • Certification : biologique, AOP Laghi Lombardi Lario
  • Autres produits : gîte touristique (à venir)

Un petit coin de paradis…

Thomas est italien, ingénieur dans la construction métallique. Claudia est hollandaise, et travaille pour une fabrique de biscuits à Bolzano. Mais leur paradis secret est ici, sur les rives du lac de Garde, où ils ont retapé une ancienne bergerie, une oliveraie et un bois de 3 hectares. Ils nous font découvrir avec passion l’oléiculture de cette région septentrionale de l’Italie.

Bienvenue chez Claudia & Thomas ! – © In Olio Veritas

Les oliviers du grand nord

Quelle ne fut pas notre surprise, lorsque l’on découvrit que les rives du lac de Garde étaient bordées d’oliviers et de citronniers ! Situé à 46° de latitude Nord, comme Mâcon en France ou Genève en Suisse, le lac de Garde est le plus grand des lacs italiens. Il s’étend sur 368 km2 au sud des Alpes italiennes, à cheval sur la Lombardie, la Vénétie et le Trentin-Haut-Adige.

Gargnano et ses oliviers vus des hauteurs. – © In Olio Veritas

Bien qu’étant un lac « glaciaire » entouré de montagnes, le lac de Garde bénéficie en réalité d’un climat doux et venteux, favorable à la culture des plantes méditerranéennes, comme le citronnier ou l’olivier, et ce depuis le VIIème siècle au moins, comme en témoigne un édit de 643 sanctionnant tout dommage porté aux plants d’olivier. Les étés du lac sont chauds et arrosés, propices au développement d’une végétation foisonnante et verdoyante, qui couvre les reliefs et les parcelles d’oliviers.

Les hivers y sont cependant plus rigoureux que dans le pourtour méditerranéen, et le froid peut être fatal pour les cultures. C’est pour prévenir les citronniers du gel qu’ont été construites les Limonaie, des jardins-serres en terrasses, qui peuvent être fermés et chauffés lors d’épisodes de gel hivernal. Pour les oliviers, pas de toit, ni de chauffage, et la grêle reste un ennemi difficile à combattre pour les oléiculteurs du lac.

La limonaia La Malora à Gargnano. – © In Olio Veritas

Le style local

Mais ces oliviers sont issus de variétés robustes. La Casaliva et sa cousine Gargna sont deux cultivars autochtones qu’on ne trouve qu’ici, dans la région des Grands Lacs. On trouve aussi des variétés plus classiques, Leccino, Frantoio, Pendolino ou encore Rossanel, Raza, et Moraiolo dans certains vergers. La plupart des oliviers suspendus aux pentes raides du lac de Garde ont au moins 150 ans, preuve de leur bonne adaptation au territoire.

Le tronc épais et mousseux d’un olivier Casaliva chez Claudia et Thomas. – © In Olio Veritas

Le travail des oliviers est rendu difficile par cette déclivité, mais aussi en raison de leur hauteur. Thomas et Claudia nous expliquent qu’historiquement les paysans du lac laissaient pousser les oliviers vers le haut pour avoir plus de production et compenser ainsi l’étroitesse des terrains agricoles. Leur objectif est maintenant de rabaisser progressivement leurs oliviers pour en faciliter la récolte, un sacré défi quand on considère leur silhouette de baobab ! Mais, comme dit Thomas : « les oliviers sont solides et pardonnent tout ! »…

Les hautes échelles à olives locales- © Latteria Turnaria di Tignale

Côté parasites, l’humidité apporte l’œil de paon, un champignon qui fait jaunir et tomber les feuilles. Et Claudia et Thomas sont particulièrement vigilants à l’arrivée de la mouche de l’olive, qui pond ses œufs dans les olives. En ce début du mois d’août, la menace est faible car il fait très chaud et les olives sont encore petites. Mais quand les vols arriveront, ils utiliseront du SpintorFly fournit par leur coopérative et autorisé en bio. Les oléiculteurs et viticulteurs du coin s’inquiètent également de la présence de la punaise asiatique, aussi appelée « punaise diabolique », arrivée depuis un ou deux ans dans les vergers de la région pour y pondre ses œufs et détériorer les fruits.

Claudia et Thomas parcourent leur oliveraie pour inspecter les arbres. – © In Olio Veritas

L’AOP du Lac

L’huile d’olive vierge extra du lac de Garde bénéficie d’une Appellation d’Origine Protégée au niveau Européen depuis 1997. Cette AOP gérée par l’Association des producteurs Olio Garda DOP, protège les huiles provenant des variétés d’olives Casaliva, Frantoio, Leccino et Pendolino et produite exclusivement dans les communes appartenant aux provinces de Brescia, Vérone, Mantoue et Trente. L’Olio Garda DOP est reconnue pour sa subtilité, avec un fruité vert léger à moyen, aux arômes d’herbe coupée et d’artichaut. Chaque année, l’association organise le Concours l’Oro del Benaco, pour récompenser et mettre en avant les huiles de la région.

Publicité pour l’AOP Olio Guarda, un lac d’huile d’olive. – © Olio Garda DOP

Une communauté oléicole active

Pour Claudia et Thomas, une des forces de l’oléiculture dans la région est l’esprit collectif des oléiculteurs, qui collaborent pour la plupart via des coopératives bienveillantes et efficaces. Le couple apprend beaucoup auprès des anciens du moulin biologique dont ils sont devenus coopérateurs, la Latteria Turnaria di Tignale. Cette coopérative a été fondée en 1904 par des producteurs de lait, puis s’est ouverte à d’autres produits dont l’huile d’olive à partir de 1994. Aujourd’hui, elle compte une centaine d’oléiculteurs associés, qui cultivent près de 50 hectares avec environ 14 000 oliviers. Tous se fédèrent pour produire une huile d’olive vierge extra bio de grande qualité, dans le respect de l’environnement et de la biodiversité locale.

??????????????
L’oleificio coopératif à Tignale. – © Latteria Turnaria di Tignale

Malheureusement, en 2019 la récolte a été maigre car il a fait trop froid en mai et trop chaud en juin. Pour 2020, si les oliviers sont pour l’instant fournis en olives, « on ne peut pas savoir comment sera la récolte avant d’y être » nous rappelle le sage Thomas. Nous ne goûterons donc pas cette année l’huile fraiche du lac de Garde, mais Claudia et Thomas nous font découvrir le Prosecco rosé local et le vin blanc Lugana AOC, pour accompagner une belle grillade dans le barbecue de métal sculpté par les soins de l’ingénieur.

Olivier sculpté dans le métal par Thomas ! – © In Olio Veritas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.